Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2019

Critique, par Hervé Martin

Avec l’intitulé Talmont – Les Sables 2016-2017 précédant le titre, L'éternel recommencement se présente comme un journal rassemblant trente-cinq poèmes  écrit sur cette période. Des textes écrits au fil d’émotions et de sensations que font naître chez l’auteur des instants particuliers de la vie quotidienne. Les jours défilent dans les rituels d’habitude et de recommencements auxquels nous sommes pour la plupart contraints. Et c’est dans ces moments que prennent racine les premiers mots des poèmes. Ils sourdent de sentiments mêlés d’espérance, de refus ou de révolte. La vie est là subtile qui sourd et que le poème met en exergue. Elle jaillit sur la côte de l’atlantique au départ du Vendée globe, dans des trajets de taxi, sur une piste cyclable… Ou naît de la rencontre impromptue de personnes dans les rues ou à la vue de touristes sur les plages. Mais elle s'éclaire aussi au sein d’une galerie de peintures où Daniel Brochard expose ses premiers tableaux. Dans ces pages, une voix est bien présente dans sa singularité. Le poème, son écriture, poursuivent leur résonance propre du début à la fin du livre dans une même et touchante parole.

 

Hervé Martin

 

Article publié sur le site Hervé Martin d'Igny

Hervé Martin a créé la revue Incertain regard en 1997.

 

15:05 Publié dans Lectures | Lien permanent