Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2007

Comme en Poésie n°31

2aa8027320caed05749e350a3d93bab8.jpgL'illustration de couverture de Comme en poésie n°31 montre une porte donnant vue sur un port. On peut résumer la poésie ainsi : une accession vers un ailleurs, une pénétration dans un espace. Jean-Pierre Lesieur, qui prévoit une enquête sur le poète au 21ème siècle, prend la situation de la poésie avec humour et grincements de dents, évoquant le Sarkozysme aigu actuel, la question de l'utilité de l'écriture, la crise d'audience de la poésie, la mode éphémère du Slam et les histoires rocambolesques. Comme en poésie, c'est cette parole franche, libre, passionnée que l'on retrouve à chaque numéro, où poètes connus et débutants se côtoient aisément, comme ici Luce Guilbaud, Danielle Lambert, Fabrice Marzuolo, Alain Kewes, Gérard Lemaire, Jacques Taurand, Olivier Aulry, pour n'en citer que quelques-uns. Entre autres découvertes, celle de Anne Blayo à l'écriture juste et touchante (« A bicyclette vers la mer. La voir avant de partir. Humer son énergie. L'aube n'est pas encore. Je longe le golf, traverse la ville, grimpe la dune et toujours alors, elle irradie ourlée d'écume. Soudain, là, un abîme noir comme ma pupille en mydriase, de l'encre au fond. Ni horizon. Ni ciel. Ni mer. L'obscurité étale. Le sentiment d'être trahie. Repartir avec cette prédiction. ») A lire absolument, Comme en société, très juste réflexion de Mona Chollet qui démontre que le terme de poète, ce grand mot, ne désigne que l'activité de quelqu'un qui par ailleurs peut exercer n'importe quel métier. La plupart des auteurs n'ont de statut social que d'après leur second métier. Ce besoin d'exister différemment entre souvent en conflit (voir Kafka) avec ce statut (« Une aspiration humaine essentielle, mais compromise, dans tous les secteurs d'activité, par l'automatisation et la standardisation. ») Ce « besoin qui existe chez tout le monde, mais qui ne trouve pas toujours à s'exprimer » détermine aussi la question du bonheur. Je pense que chacun pourra trouver son propre sens à ces mots. A méditer, la « pasticherie » de Claude Albarède, ou comment citer des dizaines de poètes contemporains de Guillaume Apollinaire mentionnés par lui dans le Mercure de France entre 1900 et 1910 comme faisant partie de l'avant-scène, aujourd'hui disparus dans les ténèbres de l'oubli. Eh oui... non seulement nous retournerons à la poussière mais la postérité oubliera notre nom... à moins qu'un autre Albarède n'ait l'idée d'en citer dans sa Ballade des poètes du temps jadis... dans un siècle ! Qui a dit que nous n'étions pas grand chose ? Je ne saurais trop vous conseiller l'abonnement à Comme en poésie : 1 an, 4 numéros - 12 euros. Etranger - 15 euros. Le numéro - 3 euros. Ecrire à Jean-Pierre Lesieur - 2149 avenue du Tour du lac, 40150 Hossegor. Comme sur Internet : http://comme.en.poesie.over-blog.com/

18:00 Publié dans La revue des revues | Lien permanent