Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2007

Rage aux dents et blues de Noël

Les Enfants de Don Quichotte se sont installés sur les quais de Seine le 15 décembre, avant d'être délogés par la police. Les médias se sont emparés de l'événement le temps de quelques heures, mais c'est bientôt Noël, la détresse, la saleté, la grisaille ça ne se supporte qu'un temps, c'est un peu la prière un soir de 24 décembre, on y pense et puis à coup d'eau bénite on se lave de ses péchés, et puis c'est les cadeaux, il faut bien vendre, la misère ça casse le moral, ça dépare les rayons, c'est carrément anti-commercial. Il y aurait entre 10 000 et 12 000 sans domicile fixe à Paris selon la BAPSA (Brigade d'assistance aux personnes sans-abri). Ils sont là, dans la cage d'escalier, sur le trottoir, à la porte de nos magasins, ils tendent la main. Mais la télévision, cette machine à aseptiser, transforme l'insupportable en feuilleton à trois sous. Combien de jeux dans cette télévision où l'on vient afficher son cul, son QI, sa connerie pour gagner, pour empocher, pour se laver les mains de sa bêtise, cette pornographie institutionnalisée, cette conscience qui se lave à coup de Cacharel et de crème à récurer ! Et puis ces ados boutonneux enfermés dans leur château et qui se prennent pour des artistes ! Les cons ! Excusez-moi mais l'art est ailleurs. L'Art s'est suicidé avec Kurt Cobain, il rit de nous dans le caniveau, sous ses cartons. Il n'en a rien à secouer de nos chansons, de nos gueuletons. Les enfants, passez Noël, passez Pâques, ne vous flinguer pas, tant d'ignorants vivent de leur bêtise, n'ayez pas la faiblesse de vous flinguer pour eux. Il reste toujours la possibilité de devenir clochard. C'est un beau métier aussi, même si ça ne gagne pas des millions. Cette nuit, un sans-abri est mort de froid place de la Concorde. J'ai le moral à zéro. Y a trop de cons sur terre. Je tiens le coup, je lutte contre ma propre indifférence, contre ma propre bestialité. Je suis homme, j'ai tous les massacres en moi. Je suis potentiellement capable de me trancher la gorge. Je suis homme, je lutte contre la connerie et je n'ai aucunement envie de me supprimer. Je sais pas comment ils font pour violer des femmes et les transformer en torches humaines, je sais pas comment on peut massacrer des enfants. Je suppose qu'il y a un espace en soi, le même à l'autre bout de la planète. Je suppose que c'est comme ça qu'on assassine les gens. Les scientifiques ont déjà identifié plus de 270 exo-planètes. Leur passage devant une étoile provoque une diminution de leur intensité, les astronomes sont ainsi capables de déterminer les dimensions de l'objet. Il y a certainement des formes de vie extra-terrestre dans l'Univers. Il y aura forcément des rencontres. 13,7 milliards d'années que l'Univers est là. La vie est apparue sur Terre il y a 3,6 milliards d'années sous forme de bactéries. L'Etre humain est apparu il y a quelques millions d'années. Après plusieurs glaciations, il est entré dans l'Holocène, l'âge de l'agriculture, du travail de la pierre et des métaux. La deuxième Guerre mondiale a fait plus de 50 millions de morts. Au total, entre 5,1 et 5,9 millions de juifs ont été tués pendant la guerre. 2,7 millions ont été exterminés dans les chambres à gaz. Que sommes nous parmi tout cela ? Qu'est-ce qu'un clochard dans la rue ? Qu'est-ce que la Star Academy ? Que sommes-nous dans un Univers grand comme 13,7 x 109 années-lumière ? Le monde n'est pas poétique car il est surdimensionné. Le monde n'est pas poétique parce que les hommes y font la guerre. Et il n'est pas poétique parce que les hommes n'y passent que pendant quelques secondes. Allez, quand même, joyeux Noël.

17:40 Publié dans Réflexions | Lien permanent