Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2008

Projet K

Hors de soi toute la violence du monde, toute la haine rechargée au creux des mains. Hors de soi l'impossible accomplissement du chemin. Hors de ma tête le désespoir ! Face contre terre dans l'aliénation du cri. Il y a de multiples choses que la raison ne peut concevoir, il y a des puzzles qui ne se finissent jamais. Hors de ma tête la marée noire, le hurlement des mouettes. L'ouverture du soleil dans la toile plissée du ciel annonce le naufrage des synapses. C'est qu'il y a encore ce mur d'eau. Cette envie de se frapper la tête. Tous les matins du monde se sont donné rendez-vous. L'heure du poème impossible a sonné. Il est temps de partir sur les routes, de traverser la nuit. Hors de moi les étoiles. Mon corps exténué sur la piste. Ma pensée s'enflamme. Trop de choses incompréhensibles. Hors de soi toute la violence du cœur, t'étouffement, la rumeur. Hors de nous les villes. Les bombardements. L'œil est plus affûté que la lame. Le regard déchire la peau. Le rêve comme une pierre de lune à la surface de l'eau. Royaume minéral à la croisée des chemins. Il y aurait bien d'autres choses à dire que le poème. Mais quoi du sentiment ? Mais quoi de la possibilité de la vie, de la quête ? On m'a dit d'écrire le poème. On m'a dit de réaliser l'expérience. Et quoi de moi ? Cette douleur. Vers où ? L'impossibilité de la vie au sein des mots. Le non-sens de la rime, celui du poème revient à s'érafler les doigts. Hors de soi le sang sur la pierre comme un hippocampe qui fume un dernier cigare avant de s'enfoncer dans la nuit. Hors de soi la brisure de lame. Le métal réalise sa besogne. La voiture explose. Hors du poème. Ici et ailleurs. Le silence du cri retentissant. La peine. Première page dans les journaux. Premières pensées du matin. Premières gorgées de café. Les gamins dans la bagnole. Les étudiants dans leur train. La statue du Général est sur la place. Les voitures tournent autour. Je n'ai pas besoin de pénicilline. Je n'ai pas la grippe. Je dis qu'il y a quelqu'un dehors au milieu du jardin de la mairie. Je dis que j'attends la pierre qui me ramènera au fond. Je dis hors de moi toute la violence du monde. Hors de moi la guerre. J'ai mal à la jonction de mes neurones. Ca saigne. Je dis que ça saigne dans mes neurones. Je dis que j'attends la dernière ligne parce qu'ici ça s'infiltre dans les mots. Les mots bientôt n'auront plus de place. Je dis qu'il n'y aura bientôt plus de place pour les mots. Je dis qu'il faut effacer le programme parce que le programme est notre propre ennemi. La machine entretient toujours le même programme. Il s'autogénère, s'autoalimente. Il est impossible de trouver une alimentation en dehors de la machine. La machine vit et respire dans mes mots. Mes phrases sont les articulations de la machine. N'allez pas effectuer une mauvaise opération susceptible de perturber et d'effacer le disque dur. Gare aux fils dénudés, aux surtensions ! Attendu que je devrais m'éteindre dans pas longtemps. Ceci n'est que la lumière hors de moi. Ce n'est que la respiration de votre ordinateur. L'ordinateur est un réseau connecté à travers le monde. Il vit, respire et s'alimente par ses propres moyens. Ceci n'est qu'un des effets multiples du programme. Hors de soi toute la violence du monde dans les ordinateurs. Je dis qu'il faut aller hors de soi et des ordinateurs. Hors de moi la fin du monde et des ordinateurs. Le programme est voué à sa propre destruction. Le programme a été créé dans les tous premiers temps du monde, il est normal que sa fin soit proche, dans la mesure où le courant sera coupé pendant la nuit, hors du contrôle de la raison, hors des réseaux et des connexions. Hors du monde.

20:11 Publié dans Réflexions | Lien permanent