Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2007

Special K

Le grand Sarkozy a dit un jour, au sommet de la montagne : « Peuple de fainéants ! Vous ne travaillez pas assez ! » J'ai reçu l'injonction en pleine gueule, moi qui n'en fous pas une rame ! Le symbole de notre civilisation c'est le caddie, le caddie avec les emballages, les plats cuisinés qui permettent de gagner du temps, les morceaux de poissons avec tout plein de publicités autour. L'autre jour, donc, j'entre dans le supermarché à côté de chez moi, je vois une bonne femme qui me dit : « - C'est pour le secours populaire... » Je prends le papier, je le mets dans ma poche et je prends un panier, je le remplis en conservant bien à part un paquet de céréales et deux boites de conserves. Sourire à la caissière. Et je dis : « Tenez, je vous mets ça là... » Merci de la dame. Alors, que je rajuste mon blouson, je l'entends qui redit : « - Pour le secours populaire... » Une autre dame la regarde, regarde le papier, ne le prend pas, jette un regard apeuré vers la dame du secours populaire, puis s'éloigne, non sans me laisser penser qu'elle aurait très bien pu dire : « - Désolé, je mange pas de ce pain-là. Les fainéants, ils n'ont qu'à travailler comme tout le monde ! » J'ai failli lui dire : « Moi non plus je travaille pas, ça vous pose un problème ? Faites gaffe, z'êtes minoritaire, ils pourraient bien un jour vous tomber dessus... » La pauv' dame, je la comprends. On nous apprend dès notre plus jeune âge à être plus fort que les autres, on nous prépare à la compétition... Alors, forcément, ce qui sort de l'ordinaire, ce qui ne correspond pas à l'image du consommateur travailleur de sa propre richesse, ça passe mal, ça laisse comme un goût d'huile de foie de morue dans la bouche. Les cons. Pourtant, c'est bien tranquille mon supermarché, y a pas d'attentats, y a à peine un ou deux clodos, les gens, z'ont de belles voitures et des gamins dans le caddie avec des produits pleins d'emballages, et comme c'est bientôt les fêtes, ça parle un peu plus fort que d'habitude, ça zyeute vers les guirlandes et les boules, les chocolats et tous les machins que l'on vend à Noël. Le Christ est né, alléluia ! « - C'est qu'il faudrait apprendre aux pauvres à travailler, au lieu de faire la manche les jours ordinaires dans les supermarchés ! Z'allez pas me dire que les pauvres y cotisent pour leur retraite ! Tas de fainéants ! Bordel de Dieu ! » Brrrrr... Vous avez remarqué comme il fait froid ! Il va falloir mettre les bonnets, les moumoutes ! Prosper, youpla boum, c'est le roi du pain d'épices ! C'est comme ça que ça se passe dans mon supermarché, y a des nazis et des fachos, des malotrus qui vomissent leurs litrons, des mégères et leurs marmots dans le caddie, des qui ont voté Sarkozy, des qui ont voté Royal, des qui puent de la gueule, des qui achètent toujours les mêmes marques et des qui pensent que tous les pauvres sont des fainéants qui vivent au crochet de la société. Et y a Sarkozy sur la montagne qui gueule dans un mégaphone et qui nourrit les clébards des bonnes consciences déguisées comme des sapins de Noël.

20:10 Publié dans Musique | Lien permanent