Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2007

Learning to fly

Quand j'étais encore lycéen, j'avais un vieux walkman avec lequel j'écoutais des cassettes de Pink Floyd. Ca me permettait de m'échapper du dortoir, le soir avant de m'endormir. J'apprenais à voler. Tout était encore possible. C'était en 1990, les temps ont bien changé. Les chiens de la guerre ont agrandi leur territoire. Aujourd'hui sort l'i Phone, un walkman révolutionnaire qui va bientôt vous faire le café, vous fournir en bonbons Haribo et vous réserver des places de parking et de cinéma. Ca va quand même vous coûter 49 euros les deux heures et 119 euros les 8 heures en connexion, à ce prix-là le café c'est de l'or, c'est aussi puissant qu'un implant dans la tête, il suffirait presque de claquer des dents pour appeler la nourrice et se gratter le nez pour transformer vos verres de lunettes en écran de télévision. Mais bon, accessoirement le nouvel i Phone ne sert à rien, sinon à crâner un peu entre collègues, à épater les amis, à défier la science et la connerie le temps d'un clip de Céline Dion... Une belle invention tout de même qui va ravir les noyés du Bangladesh et les opprimés de Birmanie. Ainsi donc, désormais attendez-vous à croiser le i Phone partout dans le métro ! On va pouvoir zapper comme des malades ! Quant à son utilité, on aura bien le temps d'y réfléchir... Désormais on va pouvoir se télécharger des neurones de substitution, remède à ce qui portait un autre nom dans les asiles : la leucotomie. Et c'est vrai que les fous ne sont pas tous enfermés. M'enfin, on va bien trouver une utilité à tous nos trucs modernes. A force d'accumuler dans nos greniers, ça va bien finir par déborder un peu ! Y en a bien quelques-uns qui vont s'en apercevoir et réclamer leur part du gâteau ! Comptez pas sur moi pour acheter le nouvel i Phone à 399 euros ! Je sais pas ce que je foutrais d'un i Phone, j'ai déjà mon vieux walkman. Je vous jure que ça marche encore ! Evidemment, pour Noël on va vous parler du pouvoir d'achat, on va vous en foutre plein les yeux comme d'habitude. Et puis, le jour fatidique, on aura une petite pensée pour les pauvres de la planète et on dira tous en chœur : « - Allez, vite ! maintenant les cadeaux ! » On apprendra que dans la nuit des clochards sont morts de froid dans la rue et on en remettra une couche sur le foie gras et les tranches de saumon. « - Ouahhh, j'ai le nouvel i Phone ! » « - Moi j'ai les nouveaux Transformers !!!!! » C'est normal, on est des enfants, les trucs qui roulent, qui brillent et qui font de la musique, ça plait forcément aux enfants ! « - Allez, joyeux Noël, les enfants ! » Les enfants de partout qui ont encore leur innocence, mais à qui certains donneront des armes, les enfants qui adultes dissimuleront leurs richesses dans la bonne conscience, mais parmi lesquels certains tenteront de tout casser, parce que c'est pas juste, parce que le Père Noël n'existe pas, parce qu'on vous raconte des histoires depuis la nuit des temps. Les enfants qui balanceront leurs jouets contre les murs. Ca va se voir sur les écrans des i Phone. Ca va circuler dans la banlieue, dans les rizières, les mangroves, les déserts. On entendra forcément dans les walkmans les échos de ceux qui sont tombés, la nuit, là-bas, dans l'indifférence la plus totale.

18:20 Publié dans Musique | Lien permanent

19/11/2007

Parmi les revues II

e23741349398b4c568fd8f1ca5dd1c37.jpgRétro-Viseur (n° 108) : Le Dandy, selon Baudelaire, doit « vivre et dormir devant un miroir ». Quant au poète, il peut toujours s’abonner à la très intéressante revue Rétro-Viseur. Le dossier est consacré à Max Alhau, en séquences de réflexions (sans jeu de mots), lequel auteur nous renseigne sur le pourquoi et le comment de sa poésie et nous livre une nouvelle et un poème. Avec les voix de Marie Desmaretz, Marie-Josée Christien, Françoise Valencien, Colette Andriot, Françoise Lison-Leroy, Eric Lefebvre… Lectures de Paul Roland, Lucien Wasselin, Georges Cathalo. Un contenu accessible aux passionnés de poésie comme aux néophytes. Abonnements, manuscrits : Hervé Lesage, Les Echevins, 58 rue de la Barre 59800 Lille. Le n° : 7,50 euros. Abonnement 3 numéros : 22 euros.

fd45d135b12836246156b14e47238c90.jpgici é là (n°7) : La revue de la Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines bouge les murs par sa conception, son graphisme, ses dossiers, ses auteurs. La mise en page a été confiée à des mains expertes. Le contenu est bien au service de la petite édition, celle que l’on oublie en général, à côté de laquelle on passe sans s’arrêter, sans un regard, et s'élargit à tous les champs de la poésie contemporaine. A l’honneur, Boiko Lambovski (Bulgarie). Mais aussi Roger Dautais, Isabelle Lagny, Sami Sahli, Lewigue, etc. Poésie de la Nouvelle-Calédonie. Actualité poétique. Je ne sais pas si la poésie sortira un jour de son ghetto, mais cela se fera certainement grâce à des revues comme ici é là. A lire absolument. La Maison de la Poésie. 10 pl. Pierre Bérégovoy. 78280 Guyancourt. Le n° : 10 euros. Abonnement : 18 euros. Lien : http://www.agglo-sqy.fr/maison-poesie

97739c51f91459ea52d822b6745759f3.jpgLa Nouvelle Revue Moderne (n°20) : Dans ce numéro, belles illustrations et proses se succèdent dans un grand souci de qualité. Au sommaire, Gérard Farasse, Laurence Monfroy, Thomas Vinau, Jean-Marc Flahaut, Eric Dejaeger, Jean-Michel Aubevert, Mimosa, Dorothée Blanck, Marie Ginet, Popofe Dumont. Un exemplaire de Elagage max… de Eric Dejaeger est offert aux abonnés ! Paru chez Memor en 2001, ce recueil est un grand moment de lecture, mais vite, il n’y en aura pas pour tout le monde. La Nouvelle Revue Moderne - Philippe Lemaire : 68, rue du Moulin d’Ascq. 59493 Villeneuve d’Ascq. Le n° : 6 euros. 1 an : 4 n° : 25 euros. Lien : http://nouvellerevuemoderne.free.fr/

3914a3d8178a2fae0420deab43eb7139.jpgMicrobe (n°44) : Et pendant qu’on y est, vous pouvez vous abonner à Microbe, la revue dirigée par Eric Dejaeger, c’est « fort utile pour la bonne impression et l’envoi du gamin. » Mais vérifiez bien que votre boîte à lettre est équipée d’un anti-virus, ce numéro 44 pourrait faire pas mal de victimes encore cet hiver ! C’est ici : Launoy 4, (B-) 6230 Pont-à-Celles (Belgique) et là : ericdejaeger@yahoo.fr Abonnement : Europe (sauf Belgique) 15 euros…+ 5 mi(ni)crobes 20 euros.

16:55 Publié dans La revue des revues | Lien permanent

12/11/2007

Special K

Le grand Sarkozy a dit un jour, au sommet de la montagne : « Peuple de fainéants ! Vous ne travaillez pas assez ! » J'ai reçu l'injonction en pleine gueule, moi qui n'en fous pas une rame ! Le symbole de notre civilisation c'est le caddie, le caddie avec les emballages, les plats cuisinés qui permettent de gagner du temps, les morceaux de poissons avec tout plein de publicités autour. L'autre jour, donc, j'entre dans le supermarché à côté de chez moi, je vois une bonne femme qui me dit : « - C'est pour le secours populaire... » Je prends le papier, je le mets dans ma poche et je prends un panier, je le remplis en conservant bien à part un paquet de céréales et deux boites de conserves. Sourire à la caissière. Et je dis : « Tenez, je vous mets ça là... » Merci de la dame. Alors, que je rajuste mon blouson, je l'entends qui redit : « - Pour le secours populaire... » Une autre dame la regarde, regarde le papier, ne le prend pas, jette un regard apeuré vers la dame du secours populaire, puis s'éloigne, non sans me laisser penser qu'elle aurait très bien pu dire : « - Désolé, je mange pas de ce pain-là. Les fainéants, ils n'ont qu'à travailler comme tout le monde ! » J'ai failli lui dire : « Moi non plus je travaille pas, ça vous pose un problème ? Faites gaffe, z'êtes minoritaire, ils pourraient bien un jour vous tomber dessus... » La pauv' dame, je la comprends. On nous apprend dès notre plus jeune âge à être plus fort que les autres, on nous prépare à la compétition... Alors, forcément, ce qui sort de l'ordinaire, ce qui ne correspond pas à l'image du consommateur travailleur de sa propre richesse, ça passe mal, ça laisse comme un goût d'huile de foie de morue dans la bouche. Les cons. Pourtant, c'est bien tranquille mon supermarché, y a pas d'attentats, y a à peine un ou deux clodos, les gens, z'ont de belles voitures et des gamins dans le caddie avec des produits pleins d'emballages, et comme c'est bientôt les fêtes, ça parle un peu plus fort que d'habitude, ça zyeute vers les guirlandes et les boules, les chocolats et tous les machins que l'on vend à Noël. Le Christ est né, alléluia ! « - C'est qu'il faudrait apprendre aux pauvres à travailler, au lieu de faire la manche les jours ordinaires dans les supermarchés ! Z'allez pas me dire que les pauvres y cotisent pour leur retraite ! Tas de fainéants ! Bordel de Dieu ! » Brrrrr... Vous avez remarqué comme il fait froid ! Il va falloir mettre les bonnets, les moumoutes ! Prosper, youpla boum, c'est le roi du pain d'épices ! C'est comme ça que ça se passe dans mon supermarché, y a des nazis et des fachos, des malotrus qui vomissent leurs litrons, des mégères et leurs marmots dans le caddie, des qui ont voté Sarkozy, des qui ont voté Royal, des qui puent de la gueule, des qui achètent toujours les mêmes marques et des qui pensent que tous les pauvres sont des fainéants qui vivent au crochet de la société. Et y a Sarkozy sur la montagne qui gueule dans un mégaphone et qui nourrit les clébards des bonnes consciences déguisées comme des sapins de Noël.

20:10 Publié dans Musique | Lien permanent