Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2007

Gema

Gema, moi non plus je ne peux plus bouger. Je te vois voûtée sur ta chaise avec ton regard de tristesse. Nous en sommes tous là, ligotés sur nos sièges éjectables. Ce n'est pas parce que tu fais le trajet jusqu'ici tous les jours que ton regard a changé de couleur. Ta tristesse me ferait presque pleurer. Tu avances les lèvres en avant en marmonnant comme toujours, comme si tu allais croquer le monde. Tes yeux se mouillent de désespoir, mais c'est moi qui pleure, Gema. Tu ne connais peut-être pas la douleur d'écrire, mais la douleur, elle est là ancrée en toi. Tu te dis : à quoi bon lutter, nous sommes déjà presque morts, à quoi bon marcher ? C'est vrai, Gema, on ferait mieux de rester ici à attendre. D'ailleurs, tous ces gens feraient bien aussi de ne pas bouger. Quand on a l'air d'un épouvantail on ne fait plus peur à personne. C'est quand on remue un peu qu'on leur fait peur, quand quelque chose tourne encore rond. Alors on reste là et on brandit notre pancarte : « fou », « poète », « je suis inadapté à la civilisation, je suis malade, abruti, incapable d'aligner trois mots qui ne soient pas de travers, donnez-moi mon pain quotidien de médicaments, injectez-moi en intraveineuse de quoi m'envoyer sur Saturne, je prie chaque jour pour rejoindre Saturne. » Gema, ça fait quoi trois fois quatre je sais pas je donne ma langue au chat ! De l'autre côté de la barrière il y a l'océan, Gema. Mais nous on est là, c'est ça qui ne va pas, c'est ça qu'il faudrait changer. Je sais bien qu'on ne peut pas guérir, on ne pourra jamais passer de l'autre côté de la barrière... C'est ça notre désespoir. C'est pour cela qu'on est assis sur notre chaise depuis une demi-heure que je te regarde. Je crois qu'on y est arrivé. C'est ici qu'on descend. Il va falloir marcher un peu, Gema. Au moins jusqu'à la mer, au moins jusqu'au bord du lagon. C'est pas grave, le soleil dans les yeux. Le vent, la pluie. Gema.

15:15 Publié dans in utero | Lien permanent

11/07/2007

En attendant Cassiopée

En regardant vers la constellation de Cassiopée par une belle nuit de juillet, l'observateur attentif pourra discerner, perdu au sein de la Voie lactée, l'amas ouvert répertorié dans le New General Catalogue sous le nom de NGC 581. A une distance de 8500 années-lumière, cet amas nous regarde comme des êtres curieux tournant autour d'un soleil pâle inondé des 100 milliards d'étoiles que compte la galaxie . Une goutte d'eau dans l'océan si l'on en juge par les 100 milliards de galaxies qui peupleraient l'Univers. N'y aurait-il pas aussi plus de 100 000 milliards de cellules dans le corps humain ? N'y aurait-il pas autant de distance dans nos rêves ? NGC 581 nous regarde comme une énigme dans le ciel. Nous sommes certains de nos codes, de nos possessions matérielles, de notre caractère et de notre intelligence... Or, c'est nous qui sommes observés. Et puis quoi... je suppose que c'est ainsi que les hommes vivent, il suffit d'un match de foot à la télévision pour les rendre heureux. Il suffit d'une musique entraînante pour danser. Heureux, malheureux, y a-t-il une importance quand on est persuadé de mourir, un jour ? NGC 581 nous regarde car nos bombes nucléaires ont éclairé la nuit. Les charniers de l'holocauste ont attiré les regards sur la laideur humaine. Les forêts de la Terre sont en feu. Et s'il nous reste un espoir, il est peut-être mince, beaucoup plus mince qu'un filament de nébuleuse, beaucoup plus ténu que le voile stellaire sur les yeux d'un aveugle. Il reste peut-être à prier pour notre rémission. Peut-être n'avons-nous pas compris que la clef du ciel est aussi la clef de nos appartements, de nos rêves. Nous ne sommes pas grand chose, pas beaucoup plus visibles qu'une étoile à l'autre bout de l'univers.

17:20 Publié dans in utero | Lien permanent