Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2007

J'ai fait un rêve

b65a78f19be4eb609b00563a3be9f077.jpg

J'ai fait un rêve. L'étendue mentale de mon néant a engendré une statue de sel. Il y avait des armées de soldats qui construisaient des hôpitaux et dans ces hôpitaux il y avait des prisons, et dans une prison il y avait moi. A l'intérieur de mon esprit, il y avait une fenêtre munie de barreaux, une araignée dans un coin, et un lit. Où étais-tu lecteur, sinon à la même place qu'en ce moment ? Tu lisais mon histoire dans les lignes d'un cahier déposé sur l'étagère. Il n'y a rien d'autre à rajouter à ce rêve parce que je me suis réveillé aussitôt après.

S'agit-il toujours de la même folie qui rôde ? Les yeux des hommes sont aveugles à la réalité. Elle les piège comme des insectes contre les carreaux. Tu as dit que tu t'en allais, que tu n'en avais pas pour longtemps. Je rigole un peu, ça fait dix ans que tu es partie. Tu n'as laissé aucun message. C'est dingue, j'ai cassé le mur en voulant le traverser ! Qu'est-ce que j'allais bien foutre de l'autre côté ? Je savais bien que tu ne reviendrais jamais. Je t'ai confondue avec un lampadaire.

Je l'avoue, j'ai volé un crayon dans un magasin. C'est vraiment la première connerie que j'ai faite. Ensuite on m'a appris à écrire. Du coup, tout ce que j'ai pu écrire l'a été dans la clandestinité. C'est dire si j'ai intérêt à ne pas écrire trop de conneries. Il paraît que quand on a fini l'exercice, ils relient nos cahiers de classe à grands coups de spirales.

Il y a sûrement un truc que j'ai oublié de dire. Je laisse donc branché le portable en attendant le passage de la boulangère. Demain matin.

20:25 Publié dans in utero | Lien permanent